Handicap3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bdsm

Handicap3Le réveil de Stéphane hurle les 6h du matin, c’est pourtant comme s’il venait de s’endormir, il se frotte les yeux pour se débarrasser du voile blanc encombrant sa vision. Pour mieux se réveiller il double la durée de sa douche et son petit déjeuner passe à l’as. Le soleil est déjà levé, la météo radiophonique annonce les dernières températures estivales avant la rentrée scolaire. Il opte donc pour un pantacourt et un t-shirt. C’est dans le train que Stéphane termine sa nuit ; soudain, une pensée le sort de sa léthargie : « Les clefs de Carole ?! » c’est bon, elles sont dans sa poche. Cette crainte suffit à le sortir définitivement de sa léthargie. Carole dort encore sur ses deux oreilles lorsqu’il entre dans sa chambre. Elle est nue, il la regarde malgré le peu de lumière qui parvient à passer au travers du volet, et pose ses mains sur ses pieds afin qu’elle termine sa nuit en douceur._Carole, il est l’or, l’or de se réveiller…_Pas déjà…_C’est exactement ce que j’ai dis quand mon réveil a sonné. Tu veux que je te laisse émerger le temps que je prépares le petit déj’ ? Carole fit oui de la tête Ok. Je peux te piquer une tartine ? Carole fit oui de la tête. Merci. Je peux te piquer 20 euros ? Carole fit oui de la tête en souriant.Carole a donc droit au petit déjeuner au lit, cette petite attention la maintiendra dans la douceur de sa nuit, interrompu par ce réveil impromptu. Au fur et à mesure que son estomac se remplit, Carole recouvre ses capacités cognitives. Une fois repu, ils passèrent dans la salle de bain pour la toilette. L’eau qui coule sur son corps finit de la réveiller ; elle commence même à réfléchir à ce qu’elle va pouvoir mettre. Ce sera une robe noire avec un décolleté de saison ; son choix est définitivement arrêté lorsque la lumière céleste pénétra dans sa chambre tandis que le volet disparut dans son coffre. Pour gagner du temps c’est Stéphane qui lui enfilera, avant de la mettre au fauteuil. Les voici fin prêts ; la porte se verrouille automatiquement derrière eux, quand le camion se déverrouille en clignotant. Carole s’y engouffre avec son fauteuil. Le GPS annonce une durée de trajet d’une demi-heure, il en faudra deux de plus pour trouver le parking indiqué sur le mail imprimé la veille. Le véhicule glisse le long d’une rampe de parking souterrain avant de se stationner entre deux lignes dessinées au sol. La porte du conducteur claque en raisonnant dans tout le parking, et le camion tire une langue métallique avant de régurgiter Carole qui sort en marche arrière. Une fois Carole libérée, et la langue ravalée : le camion se referme et nos deux protagonistes rejoignent une cage d’ascenseur devant laquelle une mère et sa petite fille attendent. _Maman, qu’est-ce qu’elle a la madame ? _Je te le dirai toute à l’heure promis ma chérie mmmh ? Ils entrent tous les quatre dans la cabine, le petite fille sourit à Carole (qui fit de même), puis ausculta ses pieds avec ses mains, comme si elle découvrait une nouvelle matière. _Pauline… enfin on ne fait pas ça, désolé Madame, je ne sais pas ce qui lui prend._Ne vous en faites pas, si tout le monde pouvait être aussi gentil et souriant : le monde n’en serait que meilleur.La jeune mère lui sourit à son tour comme pour approuver cette tolérance, alors que la petite Pauline tient toujours le pied de Carole. L’ascenseur arrive déjà au bout de son ascension ; la petite fille dit au revoir avec sa main, en s’éloignant avec sa mère dans l’autre. L’exposition a lieu de l’autre côté de la rue, sans pour autant être en retard, ils ne sont visiblement pas les premiers. Un homme les accueillent._Carole ! Comment vas-tu ?! _Bien, je te présente Stéphane mon nouvel auxiliaire_Enchanté, Martial, je fais partie de l’association, et je m’occupe de l’organisation_On n’est pas les derniers quand même ? _Non, on attend encore Marie, elle vient en taxi_Ah ma petite Marie… Viens, je vais te présenter tout le monde. Ici le monsieur qui me ressemble, c’est Jacques (il a effectivement le même handicap que Carole), le jeune homme attaché de partout, c’est Jérôme, mais pas le chanteur ah ah ! Il ne risque pas de chanter, il ne parle pas, c’est un ordinateur qui le fais pour lui. Il a manqué d’oxygène à la naissance, ce qui a endommagé ses fonctions motrices, mais n’essaie pas de l’arnaquer, il a toute sa tête ! Jérôme sourit, la description de Carole le fait rire. Elle plaisante ainsi pour s’assurer que Stéphane se sente bien. Elle sait qu’on peut-être à l’aise avec une personne handicapée, mais dès qu’ils sont plusieurs, la donne change. Elle n’a pas tout à fait tort puisque Stéphane montre des signes de timidité qu’elle ne lui connaît pas. _Bonjour… euh… enchanté… Stéphane _Ici, nous avons Emmanuelle, qui est encore plus folle que moi. Elle a le même handicap que Natacha, mais ses membres sont encore plus raides. Et la petite dernière Christelle. Qui est tétraplégique Martial prit ensuite la parole pour rappeler le déroulé de la journée qui les attends. _Petit briefing rapide venez par ici s’il vous plaît ! Bien ! Je n’attend pas Marie, elle est au courant, je l’ai eu au téléphone hier. Les premiers visiteurs arrivent à 10h, vous, vous serez en train de faire une démonstration, qui se terminera vers 11h. Ensuite, on accrochera vos ébauches dans le hall. Là, vous pourrez expliquez à vos charmants admirateurs ce que vous avez voulu faire. Je parle surtout pour Emmanuelle, puisque je ne comprends jamais ce qu’elle a voulu faire ! Rit-il_C’est parce que tu n’es pas artiste, tu ne peux pas comprendre ! Plaisanta t-elle._Oui ça doit être ça, tu as raison, mais je ne penses pas être le seul dans ce cas, bref ! Ensuite vous visiterez le reste de l’exposition, seul, ou avec les visiteurs, au choix. Midi ! Midi ? _On mange ! _Merci Emmanuelle, il y en a une qui suis. Pour le repas, on se retrouve dans la salle où c’est marqué privé. Après vous serez libre jusqu’à 15h, on attend toujours la confirmation, mais il devrait y avoir une seconde fournée. Si elle ne vient pas, on rentre à la maison. C’est bon pour tout le monde ? Martial installa le matériel, aidé de Stéphane qui trouva dans cette occupation un moyen de patienter plus facilement ; car il a hâte de voir Carole à l’œuvre. Ils règlent la hauteur des derniers supports quand Marie et son auxiliaire de vie arrivent. Marie est née privée de la totalité de ses membres, cette pathologie très rare répond au doux nom d’amélie. Stéphane est très intimidé par cette jeune femme qui lui rappelle un personnage de science-fiction avec son fauteuil bardé d’électronique, et de bras métalliques. Il semble effectivement bien chargé, et possède les bras qu’elle n’a pas, même si je devrai plutôt parler de supports. Ils convergent tous vers la même direction : son visage. Un premier tient le joystick placé au niveau de sa bouche, un deuxième : son porte-gobelet qui accueille aujourd’hui une petite bouteille d’eau et sa paille. Son téléphone portable est fixé sur un troisième support, et un quatrième tient un petit écran dont je m’en vais vous expliquer le fonctionnement. Il lui sert à contrôler les différents réglages et fonctions de son fauteuil roulant.Pour l’activer, elle doit actionner un interrupteur jaune situé sur le côté de son appui-tête. Une fois l’écran allumé : un menu s’affiche. Elle peut diriger le curseur avec son joystick (qui n’a plus la main sur la commande du moteur de son fauteuil), afin de modifier la hauteur ou l’inclinaison de son fauteuil, cet écran lui permet également d’utiliser son téléphone. Voilà pour l’aspect technologique et robotique de Marie. Ah ! J’oubliais ! Elle est harnachée à son fauteuil comme un pilote de chasse à son siège éjectable, rien d’étonnant me direz-vous, puisque dans le cas contraire : elle serait éjectée de son fauteuil au moindre choc. Mais derrière tout ce matériel : le cœur d’une jeune femme bat pourtant. On pourrait même penser : « Le cœur d’une petite fille bat ». Oui, du haut de ses 80cm, ses petites lunettes rondes, et sa queue de cheval, on ne lui donnerait pas plus de 10 ans ! Elle en a en réalité le double. Elle porte un body gris rayé de bleu marine, et un short noir qui remonte à hauteur de nombril. Elle s’installe derrière son chevalet, son auxiliaire écarte tous les supports cités plus haut pour lui laisser une liberté de mouvement maximale. C’est la seule à dessiner au crayons gras. Elle dispose simplement d’un support sur lequel est posé sa broîte à crayons qu’elle att**** avec sa bouche évidement. Elle commence à dessiner quand les premiers visiteurs arrivent. CONTINUERDe son côté, Stéphane s’est posé juste derrière Carole, qui a terminé ses essais et commence à tracer les contours d’un cheval cabré. Sa palette est posée sur un support placé au niveau de son pied gauche, et à l’opposé : le verre pour rincer le pinceau qu’elle tient en bouche. Jacques peint avec ses pieds, car il a un avantage sur Carole : ses orteils sont aussi au nombre de 8, mais tous indépendants, ce qui lui permet une meilleure dextérité. Pour être plus à l’aise, Jacques a quitté son fauteuil pour la terre ferme, avec son matériel à porté de pieds. Un paysage africain apparaît sur sa toile. Passons à Jérôme : il est dans son fauteuil, pieds et poings liés, non pas qu’il soit prisonnier, non, c’est que sans ces liens, ses mouvements désordonnés pourraient finir par le blesser si jamais il venait à se cogner contre un angle de table ou autres. C’est aussi un peintre de la bouche, mais ayant beaucoup de difficultés pour contrôler ses mouvements de tête, c’est Fabien qui se charge de recharger son pinceau en couleurs, ou de le rincer. Une sorte de personnage apparaît sous son pinceau, quand à son identité, lui seul la connaît ; car il ne procède pas comme vous et moi, tout ce que je peux vous dire, c’est qu’une fois son œuvre terminée, tout sera claire comme de l’eau de roche. Ce qui ne sera pas forcément le cas du travail d’Emmanuelle, qui possède le même dispositif que Christelle, à savoir : deux supports, le premier pour la tablette, et le second pour le verre, ainsi, elles ont juste à tourner leur tête pour atteindre l’un ou l’autre. Emmanuelle disais-je, se lance sur un motif psychédélique, son travail est techniquement et esthétiquement irréprochable, il ne faut simplement pas y chercher une explication rationnelle. Son corps semble ossifié, elle est allongée à la quasi-verticale dans une coque en mousse fixée sur un châssis de fauteuil roulant électrique. Ses bras sont arqués et ses mains d’accoucheurs se rejoignent. Christelle part plutôt sur une sorte d’arbre généalogique stylisée. Elle est clouée à son fauteuil, les bras posées sur leurs accoudoirs. Pendant ce temps là, entre deux coups de crayons, Marie jette de bref coups d’œil vers Stéphane avant de frotter frénétiquement son crayon sur sa feuille. Devant tout ce petit monde, les spectateurs restent incrédules. La démonstration güvenilir bahis se termine, les œuvres fraîchement inachevées vont trouver leur place dans le hall. Stéphane est stupéfait de voir que le seul tableau terminé qu’on accroche, soit celui de Marie, et qui plus est, qu’il s’agisse de son portrait ! _Elle ne t’as pas loupé !_Euh… non, j’en suis troublé même_Nadia, enchanté, je m’occupe de Marie, tu es Stéphane c’est ça ? _Oui_Carole m’a parlé de toi, je suis son ancienne auxiliaire. _Ah…_Nadia observe Stéphane Tout est dans le regard, et les lèvres. Ne fais pas cette tête, c’est une spécialiste, elle ne fait que ça, et jamais sur photos, que du live ! Elle arrive toujours à saisir l’âme des gens, et à la retranscrire. Bon, je te laisse, elle m’appelle, à toute à l’heure !Carole le rejoint pour effectuer le reste de la visite accompagnée de quelques curieux. Ce n’est pas la seule à avoir « ses groupies », tous ses collègues possède les leurs. Mais c’est certainement la plus douée pour trouver des explications quant au travail d’Emmanuelle. Midi sonne, les artistes se retrouvent dans la petite salle pour se restaurer. Martial sollicite Stéphane pour installer les tables et y vider les deux glacières contenant le repas. Carole semble s’être volatilisée, Stéphane la cherche, en vain. Tant pis, il va en profiter pour aller féliciter Marie qui semble un peu égarée. Mais il est de nouveau intimidé par tout le matériel fraîchement réinstallé, qu’elle possède. _Bonjour… Bravo pour le portrait_Ah merci, c’est gentil, tu étais le seul à ne pas regarder dans la même direction que les autres, du coup ça m’a interpellé. Tu es l’auxiliaire de Carole ? _Oui, tu la connais ? Ben oui, je suis bête, tu la connais. _Oui, je la connais, c’est un peu comme ma grande sœur, on s’est connu au foyer il y a 10 ans, elle en était déjà parti, mais c’était une sorte de tutrice, elle revenait pour aider les plus jeunes, et toi tu la connais depuis longtemps ?_Un mois et demi bientôt_Ça va, elle n’est pas trop chiante ? _Du tout, c’est une personne qui… comment dire… a le cœur sur la main_On appelle ça gentil lol _C’est pas faux_C’est quoi que t’as pas compris ? On ? _Ah Ah, je vois que j’ai à faire à une fan de Kaamelott non ?_Si, grave, toi aussi ? _OuiMarie att**** sa paille et aspire, mais aucun liquide ne vient, seulement un bruit d’air aspiré_Tu veux que je te la remplisse ? _Non, ça va merci, Nadia va le faire. Elle est où ? _Je ne vois pas Carole non plus, elles doivent être ensemble_Bon, ben dans ce cas oui, je veux bien du jus de fruit s’il te plaît.Stéphane remplit la bouteille, de jus de fruits et la repose dans son support. Dans le même temps, Marie a attrapé un stylet, et tape un message sur son téléphone, qui émit quelques secondes plus tard une alerte sonore. _Elle fume dehors, Carole est avec elle, elle arrive.Le temps pour eux de citer leur répliques favorites, et Nadia les rejoints effectivement._Ah ! Et bien ça va, vous avez fais connaissance. Tu as besoin de moi ? _Non, plus maintenant en fait_Parce qu’avec Carole on avait pensé faire comme qui dirait un échange d’auxiliaire, si ça vous dérange pas. Ça fait longtemps qu’on s’est pas vu, on a pleins de choses à se dire vous comprenez… Dit-elle, en faisant semblant de supplier Marie._Mais oui, va rejoindre ta copine de toujours… _Cool, merci ! Tu te sens de t’occuper d’elle et de la supporter ? _Oui pas de soucis_T’es super, on va aller se balader un peu dans le coin. Avant, je te montre juste comment on range tout ça, parce que je la connais, elle va te le demander. Donc tu les déverrouilles en appuyant sur cette bille, ils en ont chacun un, ça marche comme un guidon de trottinette. Vas-y essaye, de toute façon pour la faire manger il faut tout enlever, sauf sa bouteille.Stéphane repli avec succès tous les bras, Nadia peut partir le cœur tranquille, mais pas avant d’avoir préparer deux sandwichs. _Bon, que veux-tu manger ? _Une tartine de pain de mie avec du pâté s’il te plaîtStéphane lui tend la tartine ; Marie est prisonnière de son harnais, et de son corps ; lorsqu’elle approche sa tête de la tranche de pain, elle semble vouloir se dévisser de ce tronc dépourvu de membres. Il faut bien se rendre compte d’une chose : quand on est devant quelqu’un comme Marie, on est bien incapable d’imaginer son quotidien, si différent du nôtre. Elle est née sans bras, ni jambes:depuis sa naissance elle est assistée pour la moindre tâche quotidienne, et ce sera ainsi jusqu’à la fin de ses jours, je veux dire par là, que ce n’est pas comme si c’était provisoire. Inutile de s’apitoyer sur son sort, je veux simplement vous faire comprendre que nous ne sommes pas armé pour envisager ce qu’est son quotidien. Même Stéphane a du mal, il a déjà eu cette réflexion avec Mathilde et Carole. Il a lui-même été handicapé par un bras cassé, il s’est adapté à cette nouvelle situation provisoire, mais ces personnes vivent avec un handicap « lourd » depuis leur naissance, les empêchant d’avoir la vie de Mr ou Mme tout le monde. Marie est heureuse de rencontrer une nouvelle tête, elle qui vit en foyer. Pour une fois que la discussion ne tourne pas autour de son microcosme, mais sur sa série préférée, ou sur ses goûts._T’es plus pâté ou jambon ? _Pâté, c’est plus goûtu et toi ? _Moi je suis plus jambon, la texture du pâté, je ne suis pas fanCette conversation peut vous sembler désuète, et ce n’est pas moi qui chercherait à vous contredire, mais elle ravit Marie, qui a terminé sa tartine, et boit son jus de fruit._Ça te dis Stéphane, qu’on aille au troisième étage, il paraît qu’il y a une expo photo ?_Oui bien sûr allons-y ! _Tu peux me remettre mon joystick juste, et me déserrer le harnais ? Il est surprit par sa petite taille, la compacité même de son tronc. En déserrant ses sangles il constate que son body épouse parfaitement ses formes, et qu’elle ne porte pas de soutiens-gorges puisqu’il devine ses tétons en transparence. Le buste un peu plus libre, Marie dégourdi « ses épaules », cette vision est surréaliste pour Stéphane, qui se croit devant un film au mauvais trucage, mais la scène est bien réelle._Merci, c’est parfait comme ça, on y va ?L’ascenseur les dépose au dernier étage du bâtiment, une flèche leur indique le sens de l’exposition., qui débute par des photos de nus. L’artiste joue sur les ombres et le flou pour éviter l’obscénité._Il doit y avoir pas mal d’obsédés chez les photographes non ? _Pourquoi ? _Parce que dans les films policiers, ils sont souvent dépeint comme des gens qui abusent des jeunes femmes qu’ils photographies etc, c’est hyper cliché je sais, et sans jeu de mots clichés ah ah, mais là le mec il fait des photos de nues… il fait rien pour décréditer cette thèse_Oui, mais il n’y a pas que des femmes nues. Il y a des hommes aussi._C’est pas faux. _Tu n’aimes pas ? _Ça me met un peu mal à l’aise, j’ai l’impression de rentrer dans leur intimité _Je vois ce que tu veux dire, mais ce sont des modèles, et puis tu vois ils posent, c’est eux qui viennent à toi._C’est surtout que j’ai peur que quelqu’un vienne derrière moi et me dise : « Tu n’as pas honte de regarder ça non ? »_Ah oui, d’accord, en tout cas, ce ne sera pas moi._Et toi ? Ça ne te gêne pas ? _Non, je trouves ça jolie, c’est comme regarder un paysage, il y en a que je trouve beaux, et d’autres moins, et toi, tu préfères laquelle ici ? _Ça me gêne… _Je te promet que je ne dirai rien, y a bien une photo qui te donne envie de rentrer dedans_…_Bon, ok, moi, c’est celle-ci que je préfères, parce qu’elle cache sa poitrine, du coup son nombril est mis en évidence, en plus, son ventre a de très jolies formes au niveau de son ventre. Et ce que le photographe nous montre c’est que la beauté féminine ne se résume pas seulement aux parties sexuées. Une courbe c’est tout de même plus esthétique qu’une droite non ? _Oui… C’est vrai qu’elle est jolie. Moi, ce serait le mec-là, il est pas type mannequin, son regard cache une sorte de fragilité. On a envie de connaître son histoire, et de savoir pourquoi il nous regarde comme ça. Et puis le fait que le bas de la photo soit floue, me rassure._Je vois, c’est vrai qu’elle tranche avec les autres. Et tu as déjà dessiner des corps entiers, ou tu ne fais que des portraits ? _Je n’ai jamais eu l’occasion d’avoir un modèle, sinon, je pourrai essayer, on va voir la suite ? _OuiC’est une photographe qui expose dans la pièce suivante. Son travail consiste à prendre ses modèles nu(e)s, mais jamais dans leur entièreté. Si le sujet d’un cliché est une main : le spectateur peut observer le moindre pli, le moindre défaut sur l’ongle. Marie semble happée par ses travaux. _C’est beau une main non ? _Ça dépend desquelles_Celle-ci là, cette main de femme, elle est fine, je la trouve jolie, elle est esthétique. Et là cette main d’homme, ses doigts sont plus trapus, et ça donne envie d’être saisie par sa main, c’est rassurant._Ces photos t’inspirent plus que celle d’avant non ? _Oui, c’est plus dans mes cordes, on voit les veines, les os, pour moi c’est ça la beauté.Chacun son sens de la beauté finalement. Mais est-ce la nature de son handicap qui lui fait préférer des mains à un visage ? C’est la différence qui attire, et elle est très certainement attirée par ce qu’elle n’a pas. Ces photographies inspirent à Stéphane une idée que je développerai un peu plus tard. Marie s’arrête devant une imbrication de pieds (féminin comme masculin), tous plus différents les uns que les autres : certains sont petits, d’autres grands, poilus, fins, larges, gros. Stéphane l’observe : elle fronce les sourcils comme pour mieux voir les détails de ces pieds. Marie fit craquer ses roues sur le lino de la salle pour aller à la photo suivante ; Stéphane, lui, resta un peu en retrait, dans ses pensées, son idée se précise de plus en plus._Stéphane, je suis désolé, je crois que j’ai trop bu, ça te dérange de m’emmener aux toilettes ? _Non bien sûr, tu plaisantes, il faut juste qu’on redescende c’est tout. Une fois dans les toilettes, Marie met son fauteuil en couchette, grâce à la méthode que j’ai détaillé précédemment. La manœuvre peut nous sembler longue, mais les ergothé****utes n’ont pas trouvé mieux. _C’est bon, tu peux détacher le harnais maintenant, il y a une espèce de mousse dans mon sac, tu la pose sur les toilettes : lunette baissée, et ensuite tu me mettras dessus, mais il va falloir que tu me tiennes.Stéphane installe cette mousse, pendant ce temps : Marie détachée est allongée sur son fauteuil et se tortille de liberté. _Tu vas pouvoir me retirer le short Stéphane retira le vêtement d’été Ah mince, c’est vrai j’ai mon body aujourd’hui, ben retire tout dans ce cas…Stéphane ne prête pas attention à sa nudité, il se concentre sur son visage, comme il le fait pour Carole. Il la soulève d’une main et retire son body par le haut, de l’autre, avant de la transférer sur les toilettes. türkçe bahis La mousse lui sert juste à être posé, et à soulager les bras de son aide. Marie nue, sourit à Stéphane pour lui signifier que tout vas bien de son côté. Il n’y a pas de malaise, elle a parfaitement l’habitude de ce genre de situation, et Stéphane est rodé avec Carole. Le silence revenu, il la repose sur son fauteuil, et att**** quelques feuilles de papier toilette. Il va bien falloir qu’il regarde ce petit corps pour effectuer cette tâche d’ordre hygiénique. Elle ne possède pas de muscles fessiers, par conséquent : aucun pli de peau. C’est comme si le bas de son corps était percé de deux orifices, si elle était à la verticale, il ne verrait que la peau en dessous son nombril. Son anus et son sexe sont très visibles et rien ne vient gêner le mouvement de Stéphane qui l’essuie, pas même un poil ; Marie n’en possède pas, cela fait partie de la malformation de son bas ventre. Stéphane lui remet ensuite son body, qui recouvre ses petits seins bien formés, son short, et enfin : son harnais ; elle n’a plus qu’à redresser son fauteuil et terminer la visite.Carole et Nadia reviendront sur le coup des 15h ; la directrice les libérera rapidement puisque le groupe de personnes âgées qui devait venir a annulé à cause des fortes températures. Stéphane et Marie s’échangent leur coordonnées pour discuter sur internet, ou par SMS, avant de rejoindre leur véhicule respectifs. Carole pénètre dans son camion, elle semble gênée, elle n’ose rien dire à Stéphane qui scelle son fauteuil aux attaches prévues à cet effet. __Je suis désolé de t’avoir abandonnée je voulais parler de Marie à Nadia pour savoir si elle allait bien. _Pas de soucis, on a pu faire connaissance, et elle est très touchante, et talentueuse, comme toi d’ailleurs._Oui, elle n’a pas dû te dire grand chose d’elle je suppose_Non, à part qu’elle aimait Kaamelott et nos échanges sur les photos, je dois dire que non._Parce qu’elle a été abandonnée à la naissance, placée à la DDASS, qui n’ayant pas de centre pour l’accueillir, l’a mise à l’hôpital de Garches, et à ses 10 ans, elle a rejoint le foyer où elle réside actuellement. Le problème c’est qu’au foyer, il y a de moins en moins de personnel, et elle ne sort pas beaucoup, Nadia a dû prendre sur son temps de repos pour l’accompagner aujourd’hui ; enfin ça c’est pas le problème elle le fait spontanément. Du coup elle s’enferme toute la journée devant son ordi, elle n’a pas vraiment d’objectifs tu vois. _Oui_Donc Nadia me demandait des conseils pour savoir ce qu’elle pouvait mettre en place pour la bouger un peu. C’est pas facile à appréhender pour Nadia, parce que Marie n’est pas sociabilisé, enfin pas comme toi et moi je veux dire. _Oui, je vois ce que tu veux dire, j’ai pu le constater à travers certaines de ses réactions. _Enfin voilà quoi… ça t’as plu sinon ? _Oui, beaucoup j’ai enfin pu te voir à l’œuvre, tu es bluffante, vous l’êtes tous remarque_Merci, tu dois être épuisé, ce soir j’ai quelqu’un, tu peux juste me déposer, ranger un peu les affaires et je te libères_Pour cette fois, je ne me ferai pas prierStéphane rentra donc rapidement chez lui.A COLLER Le samedi sauna devra être repoussé à plus tard, car Carole a un empêchement. Il ira travailler chez elle encore une fois avant la fin des vacances scolaires. Il s’est finalement inscrit en faculté d’histoire pour passer le temps, mais reste disponible pour Carole, qui l’appelle encore de temps en temps quand elle n’a personne. Ce matin-là, le cours n’était pas suffisamment intéressant pour qu’il daigne bien vouloir maintenir ses fesses vissées aux bancs. Il quitte le campus, tout en envoyant un SMS, la réponse ne se fit pas attendre et il changea de direction. Une demi-heure plus tard, il se retrouve le doigt sur un inter-phone. _Bonjour, je viens voir Marie _Oui, je vous ouvre chambre 214Il entre dans un bâtiment dans lequel règne une ambiance lourde et pesante, et l’odeur d’éther qui envahit ses narines n’arrange rien. Il progresse dans un couloir à l’architecture naturellement déprimante, aucune décoration ne vient donner ne serait-ce qu’une illusion de gaîté. Un jeune homme au métabolisme semblant fonctionner au ralenti, comme un paresseux se dirige vers-lui. _Est-ce qu’il m’a vu ? Pensa Stéphane 214, c’est là ! Sur la poignée : une étiquette ne pas déranger est accroché, Stéphane frappa quand même à la porte, qui s’ouvrit dans un bruit mécanique sur sa chambre. Marie est dans son fauteuil, devant son ordinateur simplement vêtu d’un t-shirt jaune droopy._Entre, ça m’a fais plaisir de lire ton message, alors c’est si chiant que ça la fac ? _Ben oui, surtout quand tu sais que tu n’y restera pas, du coup je me suis dis : tiens si j’allais voir Marie._T’as bien fais, ça me fais super plaisir, comment vas-tu depuis l’expo ? _Bien, et toi ? _Oui, ça va. _Tu veux qu’on aille se balader dehors ? _Oh, il ne fait pas très beau… ça te dis de regarder un film ? _Pourquoi pas_Je finis ça et je suis à toi. Tu dis que tu n’y restera pas, tu sais ce que tu vas faire après ? _Oui, je vais entrer en école d’osthéo_Ah génial ! On en a une ici, elle pourrait peut-être t’aider ! Si tu veux la voir elle passe vers 14h si tu as le temps. _Oui, elle pourra me donner des conseils certainement_En film, j’ai the revenant avec Di Caprio, tu l’as vu ? _Non, je l’ai raté au cinéma_Cool, je ne l’ai pas vu non plus. Alors… je le trouve… le voilà ! Sur son bureau, il y a un tas de bras métalliques qui lui servent à utiliser son ordinateur._Ça te dérange de me détacher et de me poser sur le lit ? Prend la télécommande comme ça, tu lanceras le film quand tu seras installé. Stéphane détacha Marie pour la mettre sur son lit médicalisé. _Ah… mon dos… _Tu as mal où ? _Dans le bas, c’est à force de rester au fauteuil ça_Attends… je vais prendre l’oreiller là…, levé la barrière de ton lit, poser l’oreiller là, comme ça tu peux t’appuyer dessus, et moi je vais te masser le dos. Là. Tu es bien installé ? _Oui c’est parfait merciStéphane lui massa le dos par dessus son t-shirt. C’est du bout des doigts, qu’il manipule ses lombaires tassés._Ah… en tout cas, tu ne t’es pas trompé de voix, ça fais du bien_MerciLes soins au dos terminés, il la redressa, et lança le film avant d’entamer un massage des « épaules » et de la nuque. Marie se détend, c’est les première fois qu’elle bénéficie d’un massage dans sa chambre, car l’osthéo du foyer effectue toujours ses soins dans son bureau ; jamais en chambre. Ses tissus s’assouplissent sous les doigts de son masseur, qui finit par les retirer. Dans une bulle de bien-être et de détente, Marie se laisse tomber sur Stéphane qui ne dit mot, même s’il n’est pas très à l’aise, car il n’a rien sur quoi s’appuyer. Il la prit délicatement avec lui, et recula pour s’adosser au mûr situé à quelques centimètres derrière lui. Il est aussi à l’aise que l’Albatros sur le pont du navire, il faut le voir ne sachant que faire de ses ailes qui tombent à côté de Marie se reposant sur lui. Lors des premières scènes d’action, Marie sursaute, l’affalant un peu plus contre Stéphane qui l’agrippe sous « ses hanches » pour la redresser : ses mains sont en contact avec sa peau nue, mais les laisse tout de même là où devraient naître des jambes. La vue des blessures du héros la crispe un peu, obligeant le nôtre à contracter ses poignets pour la maintenir en position. Elle ne porte pas de sous-vêtements, pour quoi faire, qu’ils glissent et tombent ? _Ça va, tu es bien installé ? _Oui, je suis encore mieux que dans mon pouf en sable. Et toi ? Ça va, je ne te fais pas mal ? _Non ne t’en fais pas_Et le film te plaît ? _Oui et toi ? _Oui !Peut-être trop captivé par le film pour y prêter attention, ses mains et leur emplacement ne font l’objet d’aucune remarques. Il ne peut pas s’empêcher de faire glisser ses doigts contre sa peau, comme si il sentait qu’elle avait besoin d’être rassurée, à moins que ce ne soit pour se rassurer lui. Gêné malgré tout, il décide de poser ses mains sur les babines du droopy flanqué sur son t-shirt ; à peine les y a t-il posé que Marie ondule, comme pour mieux se caler dans l’ouverture de ses bras et accueillir ces mains qui daignent bien vouloir se poser sur elle. Désormais enveloppée dans ses bras, elle ne peut ni glisser, ni tomber sur le côté. Stéphane perçoit cette ondulation comme une approbation, et décide de caresser son ventre. Le film est captivant, mais le corps de Marie, qui sent le tissu de son t-shirt rouler sur sa peau, manifeste son bien être par de petits mouvements, qui ponctueront le film jusqu’à son générique de fin. _Bien fais pour sa gueule en même temps ! Ça t’as plu ? _Oui et toi ? Quelqu’un frappe à la porte._Oui ? Bonjour Marie, bonjour monsieur, c’est pour le repas. _Tu veux manger ici, ou tu veux sortir ? _Je n’ai rien prévu, je vais aller me chercher quelque chose je reviens après. _Aujourd’hui, on a du rab si vous voulez, c’est pâtes escalope de dinde. Sinon ce sera jeté à la poubelle._Ok, va pour le rab, je vais la faire manger ne vous inquiétez pas._Je vous laisse alors, bon appétit !L’aide soignante referme la porte derrière elle, et continua sa tournée des chambres. _Si tu veux boire autres chose que de l’eau, n’hésite pas à te servir dans le frigo. La pièce dans laquelle ils sont tient davantage du studio que de la chambre, puisqu’elle possède en plus de son lit médicalisé : un bureau, un frigidaire, et quelques rangements, ainsi que sa propre salle de bain. _Non merci, ça ira, bon ben pour le mauvais temps, tu avais raison. Pendant qu’il la fait manger, Marie n’a de cesse de regarder ses mains, leur veines sont saillantes. _Je trouve que tu as de très jolies mains, j’aimerai bien les dessiner. _Pourquoi pas ! Stéphane lui fais terminer son repas, et avala le siens, tout en observant d’un regard amusé Marie qui reluque ses bras. _Tu peux me les faire toucher ? _Oui, comment ?_En passant le dos de tes mains sur mon visage._Ah, oui bien sûr.Stéphane, touché par sa demande, posa ses mains sur son visage en se disant que son sens du toucher n’est que trop peu souvent sollicité, et qu’il lui est sans doute nécessaire de sentir leur texture, leur formes pour pouvoir les dessiner. Il vit tout le plaisir qu’un geste si anodin pouvait lui procurer : ses yeux se sont fermés, un sourire apparut sur ses lèvres, et elle frottait ses joues contre ses mains, comme pour s’y lover. A cet instant, Stéphane comprit ce dont elle avait besoin, il retira ses mains et la prit dans ses bras. Marie semblait comme endormi ; la dernière fois que quelqu’un l’a prise dans les bras c’était il y a bien 10 ans. Stéphane la sent contre lui._C’est un gros câlin que tu voulais ? Elle hocha la tête pour dire oui, comme pourrait le faire une enfant de 3 ans. Il la serre un long moment contre lui. Elle est pratiquement dans un état d’hypnose, ses yeux restent fermés, güvenilir bahis siteleri comme si elle prenait un maximum d’énergie, un maximum de cette énergie positive. _Tu sais que tu peux m’en demander quand tu veux maintenant ? Marie hocha de nouveau la tête. A ce moment là, elle ne fait pas l’imbécile non, elle laisse juste la petite fille qui est en elle s’exprimer. Tout en la serrant contre lui, Stéphane va s’allonger sur le lit. Elle est maintenant sur son ventre, et il lui caresse les cheveux. Il sent ce petit corps se trémousser sur le siens, il laisse sa main glisser sous son t-shirt pour lui caresser le dos, et la serrer encore plus fort contre lui. Marie est comme endormi sur son torse. Une idée lui vient. Il mit Marie sur le côté. _Excuses-moi, tu me dis si ça te gêne ok ? Stéphane se mit torse nu, et s’approcha d’elle pour lui retirer son maillot, elle sait qu’il ne profitera pas d’elle, et que sa seule intention est de lui faire plaisir, c’est pourquoi elle ne dit rien. Effectivement, il a retiré ses vêtements pour qu’elle puisse sentir sa peau contre la sienne. Marie se tortille sur Stéphane, pour mieux le sentir sous sa peau, elle qui ne peut caresser. Stéphane fait glisser ses mains sur son dos, sa nuque, et sa chevelure, jusqu’à…_Excuses-moi, mais je commence à avoir du mal à respirer, tu peux me mettre sur le dos ? _Bien sûrCes simples caresses l’ont émoustillés, le bas de son corps se trémousse et se soulève. Stéphane se rassoit et la reprend contre lui. Ses mains se font de moins en moins timides, et passent en dessous de « ses hanches », Marie est toujours contre lui, se chargeant d’énergies. Stéphane sent quelque chose d’humide à travers son pantalon. _Désolé, je vais le retirer pour ne pas que ça le tâche trop. _C’est moi qui suis désolé, je ne sais pas ce qui m’arrive_Non, ne t’en fais pas c’est tout à fait normalIl retira donc son jean et mit Marie sur le dos. Il lui caresse de nouveau le visage, la nuque puis sa petite poitrine. Elle a le sentiment que son corps se décharge d’un énorme poids. Son ventre est parcouru par des mains douces et voluptueuses, et elle mouille de plus belle. Elle pensait même que cette bile qui sortait, c’était tout son mal-être qui se libérait. Son tronc bouge dans tous les sens, dans une certaine douceur tout de même, son bas-ventre se soulève, « ses épaules » perdent tour à tour le contact avec le matelas. Les mains de Stéphane caressent désormais « ses hanches », il commence, il faut bien le dire à être excité par les petits mouvements de Marie, mais il ne la provoquera pas plus, il n’ira pas taquiner ses zones érogènes. _Tu me fais du bien… je ne peux rien te faire… pourtant j’en meurs d’envie_Si, je penses que tu peux, qu’est-ce que tu voudrais me faire ? _Toucher tes piedsIl installa Marie de façon à ce qu’elle se retrouve face à ses pieds. Elle mit en bouche ses orteils, et une douche chaleur envahit Stéphane. Elle réussit même à remonter sur le dessus du pied, mais elle ne tenu pas longtemps, et demanda à Stéphane de la remettre debout. _J’ai pas pu faire grand chose._Si, l’important ce n’est pas la durée, c’est ce que ça fait. _Si on s’embrasse, tu te sentirai obligé vis à vis de moi après ? Parce que je ne veux pas que tu te sentes forcé de me faire plaisir si demain tu n’as plus envie de m’embrasser, je veux juste goûter tes lèvres là maintenantStéphane la serra contre lui, et l’embrassa, elle ne savait pas quoi faire de sa langue, mais elle imita son partenaire jusqu’à être à l’aise. Elle est comme aspiré, son handicap a disparu, elle se sent femme, comme celle des films, celles qui embrassent l’homme qui cinq minutes plus tôt n’était encore qu’un inconnu. Elle n’est prisonnière de rien, ni de son fauteuil, ni de son harnais. Marie est appuyée sur Stéphane qui est à genoux sur le lit, il écarte légèrement ses jambes pour pouvoir glisser ses mains aux fesses de Marie. Il ose pour la première fois placer ses doigts près des zones les plus sensibles. A peine a t-il toucher son clitoris, qu’elle pousse un cri avant que sa respiration n’accélère rapidement pour ralentir, et s’effondrer sur elle-même. Il ne s’attendait pas à cela, pas aussi vite en tout cas, et vous non plus je suppose. Il se mit nu, Marie a fermée ses petits yeux dans les bras du jeune homme, qui s’allonge pour la câliner. _On ne m’a jamais fais ça_Je sais, c’est pour ça que je l’ai fais, et c’est aussi pour ça que je veux aller plus loin que l’ostéopathie. Chacun a le droit à la sensualité, je suis sûr que ça agit sur le moral. Le problème c’est que nous vivons dans une société où quand on est à table on peut se couper la parole, mais dès qu’on se touche au moment d’att****r un pichet, on s’excuse. _Oui, c’est marrant ce que tu dis, car quand je sors, ce sont les inconnus qui viennent vers moi, souvent des personnes âgés, ils me touchent le visage, ça me fais du bien, mais ils repartent aussitôt. Je me demande toujours pourquoi ils font ça, le moment où ils s’approchent me gêne toujours, et puis dès que la main est posé c’est bon, mais je sais que ça ne dure pas. _Tu me l’as demandé parce que je n’étais pas vraiment un inconnu, et que tu pouvais me caresser aussi ? _Oui, c’est ça. Les derniers câlin que j’ai eu remonte à mes 10 ans au moment de partir de Garches, les infirmiers m’ont tous pris dans leur bras, mais depuis je n’en ai plus eu. Des accolades bien sûr, mais c’est tout, et je n’avais pas idée d’en réclamer. J’ai des envies de temps en temps, mais elles naissent que quand une opportunité se présente, là je me dis tiens j’aimerai bien. C’est ce qui s’est passé avec toi. C’est la première fois que tu fais ça ? _A vrai dire, non. _D’accord. Tu fais comment, pour lâcher prise et ne pas nous voir comme des monstres ? _Comme toi. Je donne et je prends c’est tout. Le handicap vous empêche juste de faire les choses comme nous, mais vous pouvez les faire différemment, et tu l’a prouvé en m’embrassant les pieds. _Oui… mais mon corps ne sera jamais celui d’une femme._Si, tu veux que je te le prouve ? Parce que j’ai une idée_Vas-yStéphane prit son téléphone en mode photo, il se coucha à côté d’elle et prit l’un de ses seins en macro. _Tu vois quoi là ? _Un seins et des côtes_Oui, et ils t’appartiennent, si on la montre à des gens, ils vont dire que c’est un corps de femme, on ne voit pas ton handicap._Oui c’est vrai. Je peux te dessiner les mains alors ? _Oui _Ok, alors met moi sur mon fauteuil _Je te rhabille avant non ? _Non, je suis bien comme çaStéphane installa Marie sur son fauteuil, et écouta ses instructions pour tout son matériel. _Alors tu vas croiser tes doigts, enfin ceux de la main droite avec ceux de la gauche, voilà parfait bouge plus. A partir de ce moment, le seul bruit que l’on entendait dans la pièce était celui du crayon sur la feuille. _Je crois que c’est bon, je ferai les détails plus tard, mais j’ai les contours. _Je ne sais pas comment tu fais pour aller si vite, oui il ne te manque plus que quelques plis et rides, et c’est parfait._Oui, mais comme l’osthéo ne va pas tarder à arriver, je finirai plus tard, je te le montrerai, ne t’en fais pas_J’y compte bienL’ostéopathe du foyer finit par arriver. _Bonjour Marie, alors comment vas-tu aujourd’hui ? _Ca va et toi ? Je te présente un future confrère, Stéphane _Enchantée : Céline tu es étudiant en osthéo alors ? _Non, l’année prochaine, je n’ai pas pu me rendre au concours cette année _Ah ? J’enseigne au collège ostéopathique, je peux peut-être te faire passer le concours en décalé, tu n’aurai qu’une semaine à ratt****r, si tu l’avais préparé ça ne devrait pas poser de problèmes. _Surtout qu’il est doué, il m’a massé les lombaires_Oui, c’est le problème avec toi ça Marie les lombaires, mais tu es nue ? _Oui, et elle n’a pas voulu se rhabiller après le massage_D’accord, remarque, tu as bien raison d’en profiter. Bon ben on va faire notre petit check-up mensuelle. Et pour une fois à bat le règlement on va le faire ici. Comme ça tu vas pouvoir regarder. Marie tu vois, elle a toujours les épaules de travers…Une heure plus tard, Céline a terminé sa séance. _Je peux te parler Stéphane dans mon bureau ? _Euh… oui. _Ne t’en fais pas Marie je te le rend, tu veux que je te mette où ? _Dans mon pouf, pas la peine de me rhabiller Céline l’installe avant de quitter avec Stéphane la pièce, ils traversent ce couloirs si gai, si lumineux et arrivent dans un bureau tout aussi déprimant et impersonnel. Petite précision, je raccourci volontairement les dialogues ici, je ne vais pas retranscrire une discussion de 45 minutes. _Bien, j’ai vu que tu t’étais bien occupé de Marie, et je ne juge pas cela. Pour tout te dire, je fais la même chose avec certains résidents masculins. Je n’en ai absolument pas le droit, si ça se sait, je peux perdre mon poste ici. _Je comprends_On ne fait pas ce type de métier par hasard_Non, en tout cas pas pour moi_Je voudrais connaître ton parcours, surtout si je dois appuyer ta candidature. Stéphane lui raconta toute son histoire, depuis Mathilde jusqu’à sa rencontre avec Marie en passant par le sauna. _D’accord, alors voilà ce qu’on va faire, si tu réussi ton concours, je te prend en stage avec moi ici. Je t’apprends toutes les ficelles, si la direction te surprend je te couvre et inversement je l’espère._Oui, vous pouvez compter sur moi_Non, parce qu’ici c’est le moyen-âge, j’essaie de faire bouger les choses, mais ce n’est pas facile. Ils ne veulent même pas que je fasse les soins dans les chambres alors que c’est là que le patient est le plus à l’aise. Je milite dans une asso pour l’assistance sexuelle, je trouve cela indigne qu’un être humain ne puisse pas avoir de vie affective, et que certains extrémistes sont même prêt à tout pour faire capoter ce genre d’initiative. _Oui, surtout qu’ils ne sont pas concernés par le problème. Et pourquoi vous ne vous occupez que des hommes ?_Et encore pas tous ! Je choisis les plus discrets, si jamais ça se sait je perd mon poste ici, et certainement au collège. Je me bat pour ne plus à avoir à cacher ce genre de pratique, car je suis loin d’être la seule à le faire. Pas les femmes, car je suis hétéro, et que je dois prendre un minimum de plaisir pour le faire, pour que le patient en prenne à son tour. Tiens, sans indiscrétion tu ferais les hommes ? _Honnêtement non. _Bon, il est tard je suis ravie d’avoir pu partager cela avec toi, et je te contacte pour le concours, tiens toi prêt, j’en parle demain au directeur. _Ok, je ne sais pas comment vous remercier. _En réussissant ton concours et en devenant un bon osthéo.Stéphane retourne auprès de Marie. _Alors, elle a pu t’aider ? _Oui, elle va tenter de me refaire passer le concours pour ne pas que je perde une année. _Tu vois, tu as bien fais de venirStéphane détacha Marie, et la prit dans ses bras_Et c’est grâce à toi ! _Arrête mes chevilles vont gonfler un temps et ils éclatent de rire. _T’es bête, comme tu dis, je ne suis pas venu pour rien, mais je vais devoir y aller, je reviendrai te voir et on sortira ok ?_Oui avec plaisir, révises bien ton concours et encore merci Stéphane. _Merci à toi Marie, et à très bientôt

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yer işareti koy Kalıcı Bağlantı.

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir